Saltar al menú principal
Saltar al contenido

Histoire de la collection

1. Histoire de la collection

En 1868, l'État acheta la collection de gravures, dessins et livres avec gravures, réunie au cours de sa vie par le peintre Valentín Carderera et les destina à la Bibliothèque nationale. Une salle des estampes fut alors créée pour conserver ces œuvres et celles du même genre, jusqu'alors dispersées dans la Bibliothèque. À ce fonds Carderera vinrent s'ajouter les estampes indépendantes et celles contenues dans des livres avec gravures de l'ancienne Bibliothèque royale.

En 1880, une série de dessins et d'épreuves d'essai de ses plus célèbres estampes est achetée à José María Galván. La même année, le neveu et héritier du peintre Manuel Castellano vend à la Bibliothèque près de six mille gravures ayant appartenu à ce grand collectionneur. En 1904, les estampes et livres avec gravures de la collection Izquierdo, achetée par Eugenio Izquierdo à Paris, font leur entrée.

Parmi les dons très importants figure aussi celui des gravures de Ricardo Baroja en 1910 ; et en 1951, la veuve de Mariano Fortuny Madrazo légua à la Bibliothèque nationale un dossier contenant des gravures de son mari et un autre de Mariano Fortuny Marsal, de gravures estampées par le premier.
En 1968, la bibliothèque du collectionneur Juan Sedó Peris Mencheta, ainsi que ses dessins et gravures sur des thèmes cervantins furent achetés. En 1975, la section intégra deux collections très importantes d'estampes pieuses : l'une donnée par Florentino Zamora et l'autre achetée à la mort d' Isidro Albert.

L'année suivante, en 1976, la Calcografía Nacional remet une centaine d'estampes d'artistes contemporains tels que Cuní, Echauz, Prieto Nespereira, Marcoida, etc. On continue aussi à acheter des gravures anciennes : en 1963, 125 estampes japonaises du XIXe siècle ; en 1985, les « Camere sepolcrali degli antichi » de Piranesi et « L'Espagne à vol d'oiseau » d'Alfred Guesdon ; en 1986, la deuxième édition de « Los Proverbios » de Goya et la septième de « Los Desastres » ; en 1988, les cinquième et dixième éditions de « Los Caprichos », etc. De même, des gravures d'artistes contemporains furent achetées, parmi lesquelles quelques œuvres de Picasso, Dali, Miró, Tàpies, Chillida, Millares, Alberti et beaucoup d'autres.

À travers le dépôt légal, des livres contenant des gravures originales ou de très importants albums sont arrivés, dont la « Tauromaquia » de Picasso, le « Cantic al Sol » illustré par Joan Miró, « Caminos » d'A. Machado, illustré par Redondela, « La vida del Lazarillo », illustrée par Pelayo, « Variaciones sobre el Entierro del Conde de Orgaz » par Alberti, « Aguafuertes » de Solana, etc. De nombreux graveurs ont aussi fait d'importants dons de leurs œuvres, grâce à quoi la Bibliothèque nationale dispose en ce moment d'une importante collection de gravures espagnoles contemporaines. La collection continue de s'enrichir grâce aux dons d'artistes et de collectionneurs, aux échanges de doublons, aux œuvres parvenant par le dépôt légal et aux acquisitions de tout type de matériel graphique ancien et moderne.

2. Les fonds

La collection de gravures originales de la Bibliothèque nationale est certainement l'une des plus importantes du pays grâce au nombre et à la qualité de ses pièces. Le service des dessins et gravures conserve plus de 100 000 estampes indépendantes et 600 000 autres comprises dans des livres, sans compter celles qui se trouvent dans le service des manuscrits, incunables et ouvrages rares, et dans le service des salles générales de la Bibliothèque.

Presque toutes les écoles de gravure sont représentées, particulièrement l'école espagnole, avec des œuvres allant du XVe siècle à nos jours, puisque la collection est bien vivante et s'enrichit continuellement. La collection contient une bonne représentation d'estampes et de livres illustrés allemands, flamands, hollandais, italiens, français, anglais, portugais, et même japonais ; on distingue notamment les œuvres d'artistes comme Ribera, Goya, Fortuny, Picasso, Dürer, Cranach, Rembrandt, Piranesi, Tiepolo, Callot, Nanteuil, etc.

La thématique est des plus variées : une partie importante contient des estampes religieuses et mythologiques, historiques, des gravures reproduisant des tableaux, des vues de villes et de paysages ; des gravures sur le thème de l'architecture et l'ornementation, sur les types et costumes, des portraits, des scènes de genre, etc.