Saltar al menú principal
Saltar al contenido

Histoire de la collection

Théâtre

1. Histoire de la collection

L'ancienne « section du théâtre » est elle-même l'héritière de la « section des œuvres dramatiques », créée en 1873 au sein du département des imprimés. Ce dernier était l'un des deux grands départements qui composaient la Bibliothèque nationale, l'autre département étant celui des manuscrits.
Cette section était organisée en douze sous-divisions :

  • Histoire générale du théâtre et de la littérature dramatique, et traités sur l'art dramatique
  • Collections universelles
  • Théâtre grec
  • Théâtre latin
  • Lope de Vega. Le meilleur maire, le roi
  • Théâtre latin du Moyen Âge
  • Théâtre espagnol, divisé en six sous-sections
  • Théâtre portugais Théâtre italien
  • Théâtre français
  • Théâtre anglais
  • Théâtre allemand
  • Théâtres divers

Lorsque la Bibliothèque nationale fut transférée vers le bâtiment actuel, en 1894, sa structure resta divisée en deux départements. Malgré le projet de règlement de 1876 qui l'avait structurée en six, la « section des œuvres dramatiques » était demeurée au sein du département des imprimés. Cette dernière, tout comme la nouvelle « section de Cervantès », demeura au sein dudit département des imprimés sous le nom de « salle du théâtre ».

Au milieu des années 80 du siècle dernier, des modifications structurelles se produisent au sein de la Bibliothèque nationale, qui entraînent la disparition officielle de ladite section. Le Cabinet des imprimés réservés est créé et, au sein de celui-ci, une « section du Siècle d'or », de courte durée, auquel incombera la responsabilité les anciennes sections de Cervantès et du théâtre. La conséquence immédiate fut l'interruption de l'accroissement de la collection théâtrale au moyen de nouvelles acquisitions. Enfin, la collection de théâtre imprimé fera partie, dès 1986, du service des manuscrits, incunables et ouvrages rares, jusqu'à l'incorporation ultérieure des fonds au service de réserve imprimée créé en 2006.

Les bibliothécaires qui remarquèrent la riche collection théâtrale furent nombreux. Bien qu'il ne se soit pas démarqué pour son activité bibliothécaire, il convient de mentionner Vicente García de la Huerta, tout d'abord employé aux écritures entre 1761 et 1766, auteur du Catálogo alphabético de las comedias, tragedias, autos, zarzuelas, entremeses y otras obras correspondientes al Teatro Hespañol, dernier volume des seize volumes de son œuvre Teatro Hespañol. Leandro Fernández de Moratín fut premier bibliothécaire entre 1811 et 1812 , ainsi que l'auteur de trois catalogues : Catálogo de piezas dramáticas publicadas en España durante el siglo XVII y autores que las escribieron, Catálogo histórico y crítico de piezas dramáticas anteriores a Lope de Vega et Catálogo de piezas dramáticas publicadas en España desde el principio del siglo XVIII hasta la época presente (1825). Le travail du dernier bibliothécaire principal et premier directeur de la Bibliothèque entre 1854 et 1861, Agustín Durán, fut primordial du point de vue de l'accroissement de la collection, étant donné que sa propre collection y fut incorporée après son décès. Par la suite, les dramaturges Juan Eugenio Hartzenbusch (1862-1875) et Manuel Tamayo y Baus (1884-1898) furent directeurs.

2. Les fonds

La collection se compose de 55 264 volumes sous la signature T, et de 644 collections sous la signature Ti (Théâtre incomplet : comprend des publications dont les tomes successifs cessèrent de paraître ou ne furent pas incorporés à la bibliothèque).

Tous les fonds en relation avec le théâtre furent incorporés à la section, dès sa création : œuvres dramatiques (comedias sueltas, parties de comédies, collections factices…), livrets appartenant au genre du théâtre lyrique, études sur le théâtre… Par la suite, des œuvres relatives à des thèmes voisins comme le cinéma furent incorporées : la section comprend des scénarios de cinéma avec des documents graphiques complémentaires, qui vont de la fin des années 60 au début des années 80 ; prospectus publicitaires, affiches, catalogues de distributeurs, etc. de films et de pièces de théâtre.

Les importants fonds suivants, qui contribuèrent à l'accroissement de la collection, méritent d'être mentionnés :

  1. La bibliothèque de Juan Nicolás Böhl de Faber, acquise en 1849, qui se démarque par une collection intéressante de 50 volumes factices de comédies imprimées au XVIIIe siècle et de certaines au XVIIe siècle.
     
  2. La collection d'Agustín Durán, dont la bibliophilie s’attardait, entre autres aspects, sur le collectionnisme théâtral. Sa bibliothèque fut vendue par sa veuve à la Bibliothèque nationale en 1863. Elle se composait de 3 700 volumes et dossiers, avec une collection fournie d'œuvres dramatiques dont le recueil de comédies de Lope de Vega en 25 tomes ; les fameuses « Partes extravagantes » de comédies de Lope (dénommées ainsi pour avoir été publiées dans différents endroits d'Espagne, en concurrence avec les principaux éditeurs du grand dramaturge) ; 48 de divers auteurs, publiées entre 1652 et 1704 ; des pièces de Torres Naharro, Lope de Rueda, Timoneda, Cervantès, Guillén de Castro, Tirso de Molina, Pérez de Montalbán, etc., en plus de divers recueils de comedias sueltas et intermèdes. De nombreuses collections d'œuvres dramatiques détachées manuscrites s'ajoutent à ces œuvres imprimées dont celles des autographes de Lope de Vega, Vélez de Guevara, Calderón, Fernández de Moratín et d'autres auteurs.
     
  3. La bibliothèque du duc d'Osuna e Infantado incorporée par achat en 1886. Outre sa grande richesse en manuscrits (plus de 1 000 comédies manuscrites, de nombreux autographes de Calderón, Lope de Vega, Tirso de Molina…), il convient d'ajouter plus de 35 000 volumes imprimés.
     
  4. Enfin, la bibliothèque de Pascual de Gayangos, bibliophile et érudit. Parmi les 22 000 imprimés qui furent incorporés avec ce fonds, soulignons les nombreux volumes factices de comédies.