Manuscrits en des alphabets ne latins

La BNE comprend dans sa collection conjoints ne très nombreux de manuscrits en écriture grecque, hebrea, arabe et, même, dans autres langues africaines, comme le ge’ez ou etiópico classique, langue litúrgica de l'église etíope, coleccionados fondamentalement comme attestation du christianisme en Éthiopie. La provenance des pièces est variée.

Arabe

Le fond de manuscrits en des écritures arabes de la BNE est la seconde de notre pays en importance, après la bibliothèque du Réel Monastère de l'Escorial, par le nombre de pièces que ramasse.

Dentro del fondo, la mayoría de las obras están escritas en lengua árabe, pero también hay manuscritos aljamiados (esto es, escritos en castellano antiguo pero con caracteres árabes), manuscritos turcos y manuscritos persas. Muchos carecen de información sobre la fecha de producción, pero una gran parte han sido producidos entre los siglos XV y XIX. Desde el punto de vista histórico, los más significativos probablemente sean los manuscritos producidos en España durante el siglo XV, como testimonio de la cultura de la población morisca de la época.

En ce qui concerne la thématique, celle-ci est principalement de caractère religieux et juridique, bien que aussi y a des oeuvres de philosophie, linguistique, astronomía, musique, médecine et oeuvres de création littéraire.

La provenance des pièces est variée. La plus significative, par le nombre de manuscrits qu'apporte, il est l'achat réalisé vers 1860, par une délégation du gouvernement espagnol en Maroc. Entre les provenances de bibliothèques privées, soulignent la de le cardinal Zelada, la de le duc d'Osuna et Infantado ou la de Serafín Estébanez Calderón. Il s'est aussi fait quelque achat récent comme ce Coran du siècle XII acquis dans une vente aux enchères de Christie´s en 1990.

Grec

Le fond grec se compose de près 150 manuscrits, décrits en bonne mesure par Juan d'Iriarte, illustrez bibliotecario dans le s. XVIII de la Réelle Bibliothèque. Une part importante de ce fond procède de la bibliothèque de Constantino Láscaris (1434-1501), érudit bizantino émigré à l'Italie dans le s. XV et fondateur d'une prestigieuse école à Messine (Sicile). Le gros de la bibliothèque de Constantino Láscaris se conserve, en la Biblioteca Nacional. Au faire partie de la collection du duc d'Uceda, vice-roi de Sicile, à l'y avoir été sa bibliothèque incautada par Felipe V après la guerre de Secesión.

Le Papiro d'Ezequiel, rédigé en grec, est le manuscrit le plus ancien qu'il se conserve dans l'institution. Ils sont 20 pages datées entre les siècles II et III et appartiennent au premier códice connu de l'Ancient Testament grec.

Bien que il demeure en dépôt en la BNE depuis 1983, le Papiro d'Ezequiel fait partie de la collection Papyri Matritenses de la Fondation Pastor d'Études Classiques, constituée par 348 papiros égyptiens rédigés en grec et en copto, qu'ont été écrits entre les siècles II à. C. Et VII d. C.

Hebreo

Dans le cas de la collection de la BNE la majeure part des 46 manuscrits qui la forment s'ont incorporés à la même en date tardive et beaucoup d'ont été copiés en dehors de la Péninsule. Dans sa majeure part ils procèdent de conventos ou autres institutions de l'Église desamortizadas; seulement six códices procèdent d'achats à des particuliers et des huit restants il se méconnaît la provenance. Les plus nombreux ils sont les originaires de la cathédrale de Tolède et du convento de Saint-Martin de Madrid.

Les originaires de Tolède (21 códices en total), à exception d'une biblia, faisaient partie de la collection personnelle du cardinal Francisco Javier Zelada, qu'a été bibliotecario de la Bibliothèque Vaticana, par ce que beaucoup de sont de facture italienne.

De la collection de dix-neuf códices hebreos réunie par le bibliotecario et hebraísta Martín Sarmiento en le convento de Saint-Martin de Madrid seulement sept ou huit se conservent en la BNE, peut-être en raison des successifs déplacements soufferts jusqu'à arriver au siège actuel de Recoletos. 

Du convento de Sto. Tomás d'Ávila, pour sa part, procède le manuscrit qu'il aujourd'hui porte la signatura Vitr/26/6, une magnifique biblia.

Malgré ce réduit nombre, est notable la variété de formats et contenu des manuscrits hebreos en la BNE. Comme est d'attendre, divers des exemplaires ils contiennent la Bible hebrea ou parts de la même. il aussi y a un groupe de sept manuscrits (Mss/5480-5485) destinés à guider l'oraison personnelle. Il s'agit de maḥzorim selon le rite des juifs de Rome, à exception de le  Mss/5480, d'origine askenazi.

Outre les textes bibliques sont abondants les commentaires rabínicos aux mêmes, ainsi qu'oeuvres des grammaticales traductions d'oeuvres philosophiques et scientifiques